• Pawo Phrang Brak

     

     

    Après l’étape de Pho, où le Labdak et sa suite vont passer la journée consécutive à leur arrivée nocturne à visiter les familles sur place, le losar se poursuit le matin suivant à Pawo Phrang Brak au lever du soleil.

    Pawo Phrang Brak

     

    Pawo Phrang Brak est une falaise qui domine le village de Phoker, sur ce promontoire rocheux sont plantés des mâts d’offrande. Nous arrivons sur place alors qu’il fait encore nuit pour repérer les lieux et organiser le tournage de cette étape très importante du losar.

     

    Le Labdak arrive avec la Pampa directement de Pho, alors que les premières lueurs de l’aube teintent l’horizon et que la vie commence à se manifester dans le village à nos pieds. Des feux sont allumés sur les toits des maisons bouddhistes et l’offrande qui reste annuellement sur le faîte des maisons va être remplacée à cette occasion.

    Pawo Phrang Brak

     

    On voit aussi les femmes qui sortent pour aller chercher les seaux d’eau dans la rivière encore gelée à cette heure-là et les cheminées qui se mettent à fumer alors que les poêles sont allumés dans les maisons pour le premier thé du matin.

     

    Le Labdak arrive par le haut de la falaise, il marque un temps d’arrêt pendant lequel sont effectuées les offrandes et que sa suite mette le feu à un fagot de bois. Il dépose sa coiffe un moment pour méditer puis le rituel de Pawo Phrang Brak commence.

    Le Labdak s’engage sur le sentier escarpé, étroit et gelé qui fait le tour du bloc rocheux, il chante un chant incantatoire subjuguant, scandant le phrasé de la mélopée par des mouvements de son corps. Le soleil pointe à l’horizon et ses premiers rayons illuminent les sommets alentours.

     

    Pawo Phrang Brak

    En bas les villageois se rassemblent pour accueillir le labdak à la fin de la descente de la falaise. L’homme vêtu de son lourd manteau de cérémonie et de sa coiffe semble très concentré, il progresse dans la sente vertigineuse tout en chantant d’une voix étonnament forte.

    C’est à cet endroit que naguère, Phoker Chomo, l’oracle est venu vaincre les forces négatives qui s’étaient rassemblées en ce lieu. Pour cette bataille il eut besoin du soutien de 350 autres oracles qui lui permirent de sortir vainqueur de cette épreuve.

    Pawo Phrang Brak

     

    L’histoire raconte qu’il effectua cette traversée périlleuse dont dépendait le bien être futur des habitants de cette terre, en état de méditation profonde protégé par le mantra que chante aujourd’hui le Labdak. Au terme de la descente vertigineuse de la falaise où nous craignons maintes fois de le voir perdre l’équilibre, il atteint la rivière en contrebas. La scène est d’une grande force et d’une grande beauté dans la lumière dorée de l’aube.

     

    Là, il est aspergé d’eau glacée ce qui le sort de sa transe, les villageois l’acclament. Il rassemble sa troupe autour de lui et s’élance ensuite sur un petit tertre de terre qu’il piétine, signifiant ainsi la victoire sur les forces négatives conjurées grâce au mantra et à l’alliance avec le monde des esprits de lumière.

    Derrière lui, les membres de la pampa sautent et piétinent le tertre à leur tour.

     

    Tout le monde se rassemble ensuite autour de la réception improvisée par les villageois, soupe, thé, chang, biscuits sont servis à l’assistance. C’est un moment de joie partage par les membres présents de la communauté.

    Pawo Phrang Brak

     

    Il est 8 heures et demie quand le rituel s’achève et que chacun retourne à ses occupations, tandis-que le labdak et sa troupe poursuivent leur tournée à pied dans les maisons du village. Nous restons médusés devant l’énergie et la force déployée dans ce rituel par le Labdak, qui a tout de même 65 ans et qui ainsi qu’il nous lavait annoncé semble ne pas dormir durant la semaine que dure le cycle du losar à Phoker. On voit dans les moments de pause, les membres de la Pampa piquer du nez, ou parfois même de mettre à somnoler, dès que l’agitation se clame mais le Labdak lui, ainsi son fils, est toujours parfaitement présent, parfaitement concentré et dans la pleine maîtrise de sa partition.

    Respect.

     

    Pawo Phrang Brak


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique