•  

    PHO- L’Esprit du Losar

     

     

    PHO- L’Esprit du Losar

    A la suite du Labdak et de la troupe de la pampa, nous montons vers le village de Pho situé à près de 4000 mètres d’altitude, après la tombée du jour. C’est à pied que le vieil homme couronné de sa coiffe et vêtu de sa parure de cérémonie s’achemine vers la communauté de Pho.

    Le trajet est ponctué d’arrêts à différentes stuppas où sont effectués chants et danses, accompagnés d’offrandes, retraçant des épisodes de la vie des maitres qui ont marqué cette terre, dont pour ne citer que lui le Guru Rimpoché, le grand Padmasambhava.

     

    PHO- L’Esprit du Losar

     

     

     

    Nous précédons le Labdak au village de Pho où les habitants s’affairent aux préparatifs.

    Le village de Pho n’est accessible qu’à pied, sur une petite place dans la communauté, des feux sont allumés, des tapis déposés sur le sol, des thermos de thé préparés. Les offrandes, bouteilles de chang, galettes, coupelles remplies de céréales et d’encens sont disposées sur les petites tables basses étroites très ouvragées, typiques de cette région. Il fait très froid, le thé à la cardamone et l’eau chaude sont plus que bienvenus. Je travaille avec deux paires de gants pour pouvoir effectuer la prise de son dans ces conditions de froid, ce qui m’oblige à les retirer à chaque réglage et à me geler les doigts rapidement !

     

     

    PHO- L’Esprit du Losar

     

    On peut suivre la progression de la troupe qui gravit le flanc de la montagne grâce à la lueur des torches qui les accompagnent ainsi que par les sons des musiciens. Finalement le Labdak arrive. C’est spectaculaire, il chante un chant particulier consacré à son arrivée accompagné de son fils, les habitants lui font une sorte de haie d’honneur, la pampa suit en poussant ses cris à présent familiers. A nouveau, je suis frappée (il faut dire que je suis aux premières puisque je l’enregistre de très près) par la force du chant qu’il donne à son entrée dans le village alors qu’il vient de faire une marche de plusieurs heures dans les sentiers pentus de la montagne.

     

    Une fois le Labdak installé sur son tapis devant les offrandes, le rituel proprement dit commence. C’est une succession de chants et de danses orchestrés par Stanzin, son fils qui règle les mouvements et interactions des danseurs autour des feux allumés sur la place.

     

     

    PHO- L’Esprit du Losar

     

    Nous sommes à présent totalement intégrés et les participants veillent à ce que nous puissions filmer et enregistrer la cérémonie du mieux possible. Gilles et sa caméra, virevoltent au milieu de la troupe de la Pampa pour la plus grande joie de l’assistance qui ne semble pas du tout déstabilisée par notre présence. Il est toutefois plus difficile de filmer les femmes dans l’assistance, toujours en retrait par rapport aux hommes et bien plus timides.

     

    Le vent qui se lève à la fin de la cérémonie donne le signal du repli, les feux s’échappent en gerbes de braises, le vent semble balayer l’espace dans lequel s’est déroulée la célébration à Pho. Le Labdak se dirige vers la maison dans laquelle il est hébergé avec sa troupe et nous fait signe de la suivre. Là encore c’est un chant particulier qui préside son entrée dans la demeure de ses hôtes. Nous gravissons un escalier insensé aux marches de pierres démesurées vu la hauteur restreinte des plafonds pour arriver au dernier étage de la maison où va se dérouler la réception. Nous sommes conviés à rester dans la salle bondée de villageois. A chaque fois que nous faisons mine de partir, les membres de la pampa poussent leurs cris, évocations du monde des oracles. Nous sommes subitement devenus très populaires !

     

    PHO- L’Esprit du Losar

     

    Nous partageons donc le thé et la soupe traditionnelle à la farine de sampa, après quoi nous repartons dans la nuit glacée constellée d’étoiles pour redescendre vers le village de Phoker.

    Cette étape à Pho, nous permettra de rentrer dans l’esprit du rituel, qui est une sorte de storytelling, ravivant année après année, les matériaux communs d’une culture vivante qui perdure depuis des siècles, tissant des éléments pré-bouddhiques, animistes voire chamaniques spécifiques à cette terre et à ce peuple. Cette ritualisation permet de garder vivace un tissu social qui pourrait s’effriter sous la pression des facteurs extérieurs, qu’ils viennent de la culture musulmane qui prend le contrôle de cette région ou plus largement d’une culture mondiale globalisée où les cultures minorisées sont menacées de disparaître au profit d’un nivellement des identités basé sur un système économique et non un rapport au monde.

     

    PHO- L’Esprit du Losar

     

    Nous nous attachons de plus en plus à ce que nous sentons être l’esprit de la cérémonie et plutôt que de documenter un rituel qui peut paraitre déroutant aux néophytes que nous sommes, nous tentons d’en saisir l’essence. Il s’agit de capter une énergie en mouvement et elle est liée aux éléments du territoire sur lequel s’inscrit la cérémonie. Nous essayons de rendre compte d’’impressions visuelles et sonores constituantes de l’âme d’une communauté, sans nous attacher à transcrire un protocole et son déroulement chronologique. Le Labdak semble approuver notre manière de faire par les signes et les regards de connivence qu’il nous adresse, ce qui nous conforte dans cette direction.

     

    PHO- L’Esprit du Losar

    La suite cependant reste un mystère. Le Lhaba qui est le support d’incarnation présente de l’oracle Phoker Chomo, n’a toujours pas fait son apparition et rien ne garantit qu’il se manifestera d’ici la fin.

    Chaque année, nous dit Samphel, il n’y a aucune certitude que l’oracle se manifeste à travers le Lhaba, c’est pourquoi la célébration conduite par le Labdak est si importante car elle est un élément immuable pour les villageois, un repère temporel fort, dans ce monde qui va de plus en plus vite, cependant nous ne sommes qu’au début du cycle du losar, tout peut donc encore se produire.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique